Astuce n°5 : Focalisez sur la maîtrise de la langue cible

Classé dans : Trucs et astuces | 0

Votre traducteur suédois s’exprime avec un fort accent et sa grammaire française laisse à désirer. Vous avez déniché des fautes d’orthographe dans les e-mails de votre traductrice portugaise. C’est grave, docteur ?

.

Quelles sont les langues cible(s) et source(s) de votre traducteur ?

En d’autres termes, quelle(s) langue(s) traduit-il vers quelle(s) autre(s) ?

Si nous prenons mon cas, je traduis de l’anglais et de l’italien vers le français. Je suis donc une spécialiste de la langue française. Je ne traduis jamais ni vers l’anglais ni vers l’italien. Votre traducteur vers le portugais ou le suédois n’est pas un spécialiste du français mais bien du portugais ou du suédois.

.

Qu’attendez-vous de votre traducteur ?

Votre traducteur s’engage à transposer un texte rédigé dans une langue vers une autre. Il doit donc comprendre précisément le sens du message à traduire et réécrire celui-ci dans sa langue maternelle (le plus souvent). Si votre message s’adresse à un public particulier, votre traducteur doit aussi être capable de choisir les termes, le ton, le style adaptés à votre cible.

.

Comment travaille-t-il ?
Votre traducteur est avant tout un spécialiste de sa langue maternelle
Votre traducteur est avant tout un spécialiste de sa langue maternelle

Pour s’assurer qu’il saisit bien toutes les nuances du message, votre traducteur aura recours à de nombreux outils et effectuera des recherches poussées dans la langue source (celle du message original).

Pour garantir une rédaction impeccable, il se référera à divers dictionnaires, grammaires, recueils spécialisés, etc. dans la langue cible (celle vers laquelle il traduit).

Deux démarches totalement différentes.

Une parfaite maîtrise de la langue cible est nécessaire. C’est pourquoi la plupart des traducteurs ne traduisent que vers leur langue maternelle. Votre traducteur doit non seulement avoir une orthographe et une grammaire impeccable mais aussi connaître les tournures de phrases courantes, jongler avec les synonymes et les nuances exprimées par les mots. Il doit aussi avoir une connaissance intime de la culture de votre public cible.

.

Ce que votre traducteur n’est pas.

Comme nous l’avons vu dernièrement, votre traducteur n’est pas un interprète. Il est un spécialiste de l’écrit et non de l’oral.

Il n’est pas parfait bilingue. En tant que professionnel de la langue, il est conscient de ses limites et, sauf rares exceptions, n’a pas le même niveau de connaissance de sa langue cible et de sa langue source.

Il n’est pas un spécialiste de sa langue source, mais bien de sa langue cible.

Enfin, il n’est pas à l’abri des erreurs, surtout lorsqu’il est contraint de s’exprimer dans sa langue source.

Par contre, il est souvent tellement pointu et à cheval sur la langue qu’il déteste s’exprimer dans une langue qu’il ne maîtrise pas parfaitement car il sait qu’il peut commettre des erreurs, ne pas choisir LE terme juste, comme il le ferait dans sa langue maternelle.

Soyez indulgent, votre traducteur est probablement déjà bien assez sévère envers lui-même.

Si votre traducteur suédois ou votre traductrice portugaise commet quelques fautes de français, ne choisit pas toujours la formulation adéquate ou si ses e-mails se limitent à des phrases courtes au style simplifié, cela n’est absolument pas représentatif ses compétences dans sa langue maternelle, loin de là.

Si cela vous inquiète malgré tout, demandez-lui où vous pouvez trouver certaines de ses productions dans sa langue cible et lisez-en quelques unes (ou faites lire par quelqu’un qui a de réelles connaissances dans cette langue). Ne traquez pas la petite bête, voyez si l’ensemble est correct et fluide, cela devrait suffire à vous rassurer.

.

Mes compétences rédactionnelles en français vous semblent-elles satisfaisantes ? Imaginez-vous que je pourrais rédiger ainsi en italien ou en anglais ? Avez-vous bien saisi en quoi la maîtrise de la langue cible et de la langue source peuvent être différentes ? Avez-vous des questions ? N’hésitez pas à laisser un commentaire.

Laissez un commentaire