TAO – Trad automatique : est-ce pareil ?

Classé dans : À savoir, Article, Terminologie | 1

De nombreuses personnes associent les outils de TAO à Google translate.

Est-ce pareil ?

.

Si je vous disais que les aides à la conduite de votre voiture lui permettent de rouler toute seule, me croiriez-vous ? Non, évidemment, pas un instant.

.

Les aides à la conduite sont multiples sur les voitures actuelles. ESP, ABS, détecteurs de pluie, de crépuscule, de somnolence, caméras de recul, … ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres. Leur utilité est incontestable, ces systèmes assistent le conducteur dans sa tâche et assurent sa sécurité ainsi que celle de ses passagers.

.

Les outils de TAO ont la même vocation. Ils permettent au traducteur d’effectuer un travail plus précis, plus régulier, plus rapidement et lui évitent la plupart des pièges… à condition, évidemment qu’il sache les utiliser.

.

Les aides sont multiples :
TAO - nos aides à la conduite
TAO – nos aides à la conduite

– rappel de formulations semblables déjà utilisées, grâce aux TM, pour rester cohérent

– vérification de la cohérence des nombres (3.6 en anglais s’écrira 3,6 en français) et de la ponctuation (pas d’espace insécable avant un « ? » en anglais mais bien en français) et autres « détails » comme les doubles espaces, qui pourraient échapper au traducteur, principalement dans un document volumineux

– vérification de la cohérence de la traduction : si l’on traduit un segment (unité linguistique prise en considération par l’outil de TAO) de deux manières différentes (sommaire et table des matières ou mode d’emploi et manuel d’utilisation, par exemple), nous en sommes avertis

– possibilité de « forcer » l’utilisation de la terminologie du client à l’aide d’un glossaire

– …

Mais lorsque l’on parle de véhicules qui roulent tout seuls, sans personne au volant, il s’agit encore de science-fiction. Du moins, je ne me risquerai pas demain dans un taxi autoguidé.

.

Une traduction automatique de grande qualité relève tout autant de la science-fiction et les risques sont eux aussi importants.

.

Bien entendu, Google translate peut donner une idée, un sens global, du message rédigé en langue étrangère mais sa traduction ne peut en aucun cas être utilisée telle quelle. Dans certains cas, retravailler une traduction automatique prend plus de temps que de traduire directement.

Et ne parlons pas de l’utilisation de la traduction automatique pour communiquer vers une langue étrangère car l’on ne dispose d’aucun moyen de vérification et les erreurs peuvent coûter cher.

.

Alors, d’où vient la confusion ?

Peut-être est-ce lié simplement à l’utilisation d’un logiciel d’aide à la traduction. Certains s’imaginent peut-être qu’une traduction automatique est tellement fiable que c’est l’outil dont il est question lorsque l’on parle d’aide à la traduction.

Peut-être est-ce lié à l’utilisation de mémoires de traduction, alors que celles-ci sont le produit du travail du traducteur et que leur utilisation est soumise à une réflexion et à une attention poussées.

Peut-être est-ce plus précisément dû à une confusion entre TM (Translation Memory, ou mémoire de traduction) et MT (Machine Translation, ou traduction automatique). D’autant qu’en français on parle de mémoire de traduction (et donc MT !!!). Pour cette raison, les professionnels de la traduction utilisent les abréviations anglaises, cela permet d’éviter toute confusion.

.

Des questions ? Des avis ? N’hésitez pas à commenter.

Une Réponse

  1. […] mémoire de traduction, ou TM, à ne pas confondre avec MT (pour traduction automatique – machine translation), est utilisée par les logiciels de TAO […]

Laissez un commentaire